post

Dédicace librairie ITINERANCES Jacky Essirard pour « La solitude du Quetzal »

Une rupture amoureuse. Un départ précipité.
Provoquer le dépaysement. Ce sera le Guatemala.
Qu’espérer d’une telle entreprise ? Tempérer la douleur en accumulant les kilomètres au compteur ? Tester l’effet de la médecine maya sur les affections du coeur ? Renaître à soi au détour d’une ruelle chamarrée ?
La terre des Mayas déploie tous ses charmes, mais l’Aventure, elle, n’est pas au rendez-vous.
Reste le subtil compagnonnage littéraire d’Henri Michaux – et ce carnet écrit dans l’urgence, témoin opiniâtre d’une escapade insensée.

Entre récit et roman, entre prose et poésie, un livre attachant plein de mélancolie_